Etoiles

 

Dans la fraîcheur de la nuit,

La chaleur de tes bras,

Où jamais je ne m'ennuie,

Commence l'opéra.

 

J'écoute le chant du vent,

Qui trouve dans la nature,

Que cette nuit est pure,

Ses seuls instruments.

 

Voilà les cantatrices,

Jolies perseîdes,

Enfin je me décide,

Avec beaucoup de délice.

 

Devant ces belles gracieuses,

Je formule un souhait,

Tu es si délicieuse,

De tendrement t'aimer...

 


 

                                    Frédéric Heyver



26/11/2010
9 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 42 autres membres